Le blog est né il y a maintenant 4 ans avec la volonté de mettre en lien des parfums du marché et des oeuvres d’arts.

Extrait de l’interview de Martin Jaccard par Eddy Maaroufi.

Et puis tu créas le Journal d’un Anosmique c’est à dire de quelqu’un qui ne sent pas les odeurs…

J’ai créé en 2013 le Journal d’un Anosmique pour laisser incuber quelques idées qui germaient dans ma tête. J’avais envie d’explorer les relations entre le parfum et l’art, tous deux touchant au domaine de la sensualité, du plaisir des sens. Je voulais comprendre les modalités de ce dialogue nécessaire. C’est d’ailleurs un parallèle qui est déjà inscrit dans notre vocabulaire professionnel : on parle de parfum comme de musique, avec des notes et des accords par exemple.

Je me suis donc intéressé à la synesthésie. J’ai mis en parallèle des parfums et des peintures, des poèmes, des musiques, etc.

Les pyramides synesthésiques sont les articles emblématiques du Journal.

Certains peintres entendent le son des couleurs, quand des musiciens visualisent la couleur des notes. C’est ce qu’on appelle synesthésie : la combinaison spontanée et involontaire de différents sens. Le Journal d’un anosmique l’expérimente à travers ses pyramides olfactives.

Chaque parfum est relié à trois oeuvres révélant dans des disciplines artistiques variées des facettes de la fragrance.

Cliquez ici pour découvrir les pyramides synesthésiques.

Publicités