Pyramide synesthésique – For her (Narciso Rodriguez)

Trois notes, trois oeuvres : Pyramide synesthésique de For her, Narciso Rodriguez. 

Fleur d’oranger, osmanthus et musc, décadence d’une nymphe.

Classiquement, l’évolution d’un parfum se divise en trois temps :

– Les notes de tête, qui s’expriment instantanément et sont évanescentes.
– Les notes de coeur, qui se ressentent plusieurs heures.
– Les notes de fond, qui persistent le plus longtemps.

En associant chaque temps d’un même parfum à une oeuvre littéraire, cinématographique, picturale, et musicale,le Journal d’un anosmique se propose d’appréhender la synesthésie de manière concrète.

                                                                                                                                                                                              

Three notes, three works of art : The synesthesic pyramid of For her, by Narciso Rodriguez.

Orange blossom, osmathus and musk. The decandence of a nymph.

Basically, a fragrance consists of three main notes:

– The head notes are evanescent and remain only a few minutes on the skin.
– The heart notes remain several hours.
– The base notes remain on the skin for more than one day.

By linking each note of a fragrance to a literary, cinematographic, musical or pictural work, Le Journal d’un Anosmique proposes a way to experience the synaesthesia. ( describe one sens modality in terms of another )

Forherpyramide

Note de tête – Head note / La fin des terres de Philippe Genty.

 
Note de cœur – Heart note / L’inattendu de Fabrice Melquiot.

« À l’étroit dans tes bras je m’en foutais des murs du monde, mon monde à moi c’étaient tes bras tes mains géantes un soir sur une courte digue du bayou brun où tu m’as dit : mon monde ce sera toi. J’ai répondu : je bougerai pas je resterai sage, pas le choix tant d’amour ça cloue, je plie je me ratatine, t’es un diable toi je t’ai dit sur une courte digue du bayou brun, je t’ai dit vas-y qu’est-ce que t’attends ? Un prêtre pour nous bénir, embrasse-moi vas-y, ta langue scarabée enroulée sur la mienne on a trouvé le bayou brun la digue courte et le monde étroit, mais notre amour venu au jour on l’a trouvé bien balancé putain, des hamacs j’en ai effiloché plus d’un après ce soir au bayou brun, et tes scarabées dans ma bouche j’en ai chassé aucun, rien balancé, mon petit chou mon tigre. Là, ici là, dans ton flacon rouge de Saturne, je me souviens un soir d’hiver la buée de ta bouche sur la mienne, je me souviens de tant de buée qu’on aurait dit un incendie parce que le monde si petit et le froid si grand, on prenait feu sans prendre garde. »

Liane. 3 – Rouge de Saturne.

 

Note de fond – Base note/ Genesis de Grimes.

 

For her, Narciso Rodriguez
Parfumeurs: Christine Nagel et Francis Kurkdjian

Publicités
Journal d'un anosmique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s